Portail*Portail*  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ASTRALIENS Forum SPIRITUEL: S' INDIVIDUALISER ET ŒUVRER VERS SA TRANSFORMATION : DÉVELOPPEMENT ESSENTIEL...Voyage astral... Rêves...ASTRALIENS: LA CONSCIENCE DANS TOUS SES ÉTATS

Partagez | 
 

 Aigle Bleu : La prophétie

Aller en bas 
AuteurMessage
MyRâa
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Age : 50
Date d'inscription : 11/09/2009
Messages : 10863
Localisation : A l'ouest
Humeur : Tonglen
Zodiaque : Balance Signe Chinois : Singe
Emploi/loisirs : Maitre reiki

MessageSujet: Aigle Bleu : La prophétie   Mar 30 Mar - 4:52

Une prophétie qu' "on" nous avait contée en initiation, je l'ai retrouvée sur un petit bouquin*, je vous la retransmet
*collection Les forums terre du ciel.




Question : « Depuis un certain nombre d'années, beaucoup d'Indiens d'Amérique viennent en Europe. Pourquoi ? Quel est leur message, leur mission ? »

Aigle Bleu :« C'est une longue histoire. Nos prophéties nous disaient qu'un jour nous ferions cela. Cinq cents ans avant la venue des Européens, il y eut une grande rencontre dans le nord du Mexique. Tous les hommes-médecine, les chamans, les sages des différentes nations y avaient été conviés pour élaborer une prophétie commune à partir des songes et visions qu'ils avaient commencé à avoir. Cette prophétie annonçait l'arrivée d'un homme étrange, couvert de poils,(l'homme blanc) qui voyagerait sur une coque de noix poussée par une aile d'oiseau. A son arrivée deux choses étaient possibles : soit il écouterait la voix des premières nations et il y aurait de la place pour tout le monde, soit il ne l'écouterait pas et le peuple indien serait détruit comme un arbre qu'on coupe au ras du sol et resterait mort dans la poussière pendant plus de cinq générations. Au bout de ce temps viendrait un moment où les fils et les filles de l'homme étrange qui marchait dans la confusion se mettraient à s'habiller comme les Indiens et à parler aux abeilles et aux fleurs. Ce serait le signe que serait venu le temps de recommencer à partager ouvertement nos enseignements. La décision avait en effet été prise, pour protéger les enseignements spirituels, de les garder secrets dans une famille choisie à l'intérieur de chaque clan, groupe ou nation.


Question : « La prophétie ne disait-elle pas que l'homme étrange choisirait la voie de la destruction ? »

Aigle Bleu : « Elle le prévoyait, mais il ne faut jamais geler une prophétie, il faut toujours laisser une porte ouverte à quelque chose de positif. Toutes nos prophéties sont fignolées comme cela. La destruction a été effroyable, même dès les premiers contacts. 90% de la population a été décimée. Par avarice, les Européens ont relégué les autochtones dans les lieux les plus inhospitaliers et ont mis en place des politiques de génocide qui continuent encore de nos jours. En 1967 est parti de San Francisco le mouvement "hippy" ; les jeunes ont commencé à s'habiller comme les Indiens et à parler aux abeilles et aux fleurs. Le signal était donné, les familles gardiennes des secrets, qui vivaient cachées dans les montagnes ou les forêts depuis l'arrivée des Européens, ont commencé à repartager leurs enseignements, et notamment avec ces jeunes intéressés par les voies alternatives.

En 1969 le premier vaisseau spatial habité alunissait, il s'appelait Eagle One ; c'était le deuxième signe, la transformation planétaire commençait, il nous fallait partager nos enseignements pour limiter l'impact de cette purification. La confusion dans laquelle nous vivons est en effet extrême, elle affecte l'ensemble la planète et la destruction peut être totale. Notre objectif est la création d'un réseau de Lumière pour maintenir une cohérence pendant la purification, afin que celle-ci n'aille pas jusqu'à la destruction totale. Depuis 1969 nous voyons bien les signes de cette purification, les catastrophes naturelles notamment, dont les canicules que vous avez commencé à subir. Ces phénomènes sont inéluctables, ils vont augmenter progressivement. La planète, qui pour les Indiens est un être vivant, a besoin de se purifier, il y aura un gros ménage à faire. Il y a des lueurs d'espoir, le peuple indien connaît des façons de purifier la planète au complet, mais notre voix n'est pas écoutée, autrement que par une petite minorité. C'est la raison pour laquelle nous venons enseigner ici aussi. »



Question : « Comment cela se passe-t-il concrètement, qu'enseignez-vous ? »

Aigle Bleu : « Nous avons une pratique spirituelle assez développée, certaines nations nous appellent même "les techniciens du spirituel". Nos pratiques de base sont la pratique de la visualisation, des danses et chants sacrés, des offrandes, des rituels, de la méditation. Nous avons adapté des formes spirituelles de base pour que vous puissiez les pratiquer. Lorsque les personnes pratiquent, leur niveau perceptuel augmente et elles deviennent plus aptes à comprendre les messages qui sont donnés par la Nature autour d'elles, à se reconnecter à leur essence, leurs instructions originelles, leurs ancêtres, et avoir accès aux enseignements propres à leur territoire ; car ces enseignements sont toujours là, disponibles, le savoir est là.

Dans les formations données en Europe, on cherche en premier à mettre en place les bases pour que la personne puisse comprendre dans quel monde elle vit et pourquoi le monde est ainsi, qu'elle puisse comprendre que ce n'est pas un modèle absolu, et que les peuples autochtones, quel que soit leur pays, ont une approche différente. Pour tous ces peuples et quelles que soient les différences de forme dans l'expression, le système de valeurs est le même : partage, communauté, interrelation intime avec toutes les formes de vie sur Terre, possibilité et nécessité de communiquer avec toutes ces formes de vie, sur Terre et au-delà. Beaucoup des premiers colons se sont d'ailleurs laissés séduire par le mode de vie autochtone, c'étaient les « coureurs des bois ».


Question : « Pour éviter le sentiment de culpabilité qu'un Occidental pourrait ressentir à vous écouter, n'y aurait-il pas, dans ce que vous décrivez, une fatalité, un destin ? D'autres traditions évoquent aussi ce qu'on pourrait appeler une descente de cycle, processus inévitable à toute renaissance ? »

Aigle Bleu : « La notion de culpabilité est quelque chose d'installé par la tradition judéo-chrétienne et qui sert à contrôler le peuple. Cela n'existe pas dans notre façon de fonctionner. Lorsque les gens font des erreurs, ils prennent la responsabilité de ce qu'ils ont fait, ils font amende honorable et ils paient, ils changent, ils changent aussi la situation, ils ont alors une part active, ils apportent des correctifs. Il n'y a pas place pour la culpabilité, il y a place pour la responsabilisation. Que cette évolution du monde ait été inéluctable, je ne le pense pas. La conscience d'un être humain peut toujours se transformer, on n'est jamais astreint à être dans l'obscurité et dans l'ignorance. Chacun, à chaque moment de sa vie, peut choisir la Lumière, la Connaissance, la Vérité, l'Harmonie, l'Amour. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à une telle multiplication des forces de l'Obscurité qu'elles sont en train de détruire tout, jusqu'au tissu intérieur de l'être humain. Mais je ne pense pas que c'est inéluctable, c'est un choix. Le regarder comme une fatalité, c'est encore une façon de s'en sauver, ça ne guérit rien. Pour pouvoir apporter des correctifs, il faut comprendre la responsabilité que chaque être a dans l'état du monde dans lequel nous vivons. On fait partie du problème ou on fait partie de la solution, on ne peut pas être entre les deux. »


Question : « De nos jours, en Occident, on sent les prémices d'un changement, de plus en plus de gens s'intéressent au devenir de la planète et sont prêts à changer. Qu'est-ce qui manque aux Occidentaux pour réussir ? »

Aigle Bleu : « Premièrement, la pratique spirituelle. Dans notre vision de l'être humain, la pratique spirituelle est ce qui définit l'homme. Un être humain sans pratique spirituelle, ce n'est pas un être humain, c'est un être inférieur aux animaux, aux plantes, qui eux, ont une pratique spirituelle ; ils font toujours la volonté du Créateur, ils ne dévient pas de la voie que le Créateur a inscrite en eux par les instructions originelles. L'homme a cette possibilité de choisir de marcher sur une voie qui n'est pas bonne, c'est pour cela qu'il doit discipliner son esprit pour faire le bon choix, et cette discipline, nous l'appelons pratique spirituelle. Beaucoup de gens, ou bien n'ont pas de pratique spirituelle, ou en ont qui ne sont pas efficaces, qui sont basées sur des croyances. Nous n'avons jamais fonctionné avec des croyances, c'est la connaissance qui est importante. Quand on sait quelque chose, on est inébranlable, alors qu'on peut toujours perdre la foi.


...............................................................................................
syndrome Asperger= communication qui peut être différente


Dernière édition par MyRâa le Mar 30 Mar - 14:58, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://astraliens.forumactif.org
MyRâa
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Age : 50
Date d'inscription : 11/09/2009
Messages : 10863
Localisation : A l'ouest
Humeur : Tonglen
Zodiaque : Balance Signe Chinois : Singe
Emploi/loisirs : Maitre reiki

MessageSujet: Re: Aigle Bleu : La prophétie   Mar 30 Mar - 23:18

Du coup j'en mettrai un peu plus. vert
Mitakuyé oyasin xo

...............................................................................................
syndrome Asperger= communication qui peut être différente
Revenir en haut Aller en bas
http://astraliens.forumactif.org
MyRâa
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Age : 50
Date d'inscription : 11/09/2009
Messages : 10863
Localisation : A l'ouest
Humeur : Tonglen
Zodiaque : Balance Signe Chinois : Singe
Emploi/loisirs : Maitre reiki

MessageSujet: Re: Aigle Bleu : La prophétie   Mer 31 Mar - 1:19

lol ça va t'énerver! si si!
Mitakuyé oyasin= tout est UN nia (nous sommes tous réuni....)
C'est précédé du HO! (HAOW!)

nous Sans frontières, nous faisons partie du problème ou de la solution.