Portail*Portail*  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ASTRALIENS Forum SPIRITUEL: S' INDIVIDUALISER ET ŒUVRER VERS SA TRANSFORMATION : DÉVELOPPEMENT ESSENTIEL...Voyage astral... Rêves...ASTRALIENS: LA CONSCIENCE DANS TOUS SES ÉTATS

Partagez | 
 

 La voie du guerrier

Aller en bas 
AuteurMessage
Mescalito
Muladhara
Muladhara
avatar

Masculin Age : 40
Date d'inscription : 31/07/2012
Messages : 238
Zodiaque : Vierge Signe Chinois : Cheval

MessageSujet: La voie du guerrier   Sam 4 Aoû - 15:18

Je suis un inconditionnel de l'oeuvre de Carlos Castaneda,qui fait partie de mes livres de chevet lus et relus à différentes pèriodes de ma vie et qui m'accompagnent toujours,l'enseignement de Don Juan Matus (indien Yaqui du désert de Sonora)me fascine toujours autant,je me permet aussi une prise de plantes de pouvoir une fois l'an dans les montagnes au solstice d'été,histoire de remettre les pendules à l'heure sur ce que je suis réellement face à ma propre mort et mes peurs enfouies...
Pardonnez moi si je vous choque,la prise de plantes hallucinatoires n'est pas un but en soi,et je n'ai rien d'un drogué...C'est plus une démarche spirituelle visant à ouvrir des portes de mon être qui sont habituellement fermées dans un état de conscience ordinaire.

La voie du guerrier,homme de connaissance, selon Don Juan:

- " Chaque être humain a deux côtés, deux entités distinctes, deux parties contraires qui prennent force au moment de la naissance; l'une s'appelle tonal, l'autre, nagual. "

-" Chacun de nous possède son propre tonal, mais il existe aussi un tonal collectif, propre à un moment donné, qu'on peut appeler le tonal de l'époque. "

- " C'est le corps, et non la raison, qui peut témoigner des faits du nagual. "

- " Le nagual est l'indicible. Tous les sentiments possibles, tous les êtres et les personnalités imaginables flottent en lui comme des chalands, paisiblement, immuablement, éternellement. "

- " Dès notre naissance, nous avons l'intuition des deux parties qui existent en nous. À notre naissance, et pendant un certain temps, nous ne sommes que nagual. Nous sentons intuitivement qu'il nous faut une contrepartie pour fonctionner. Le tonal nous manque, et cela nous donne, dès le début, un sentiment d'incomplétude. Puis le tonal commence à se développer et devient capital pour notre fonctionnement, tellement important qu'il offusque l'éclat du nagual et l'écrase. À partir du moment où nous devenons entièrement tonal, tout ce que nous faisons par la suite est d'accroître cet ancien sentiment d'incomplétude, qui nous accompagne dès la naissance et qui nous dit constamment qu'il nous manque une autre partie pour être complets. "

- " Nous savons intuitivement que nous avons une deuxième dimension, mais quand nous essayons de la cerner, le tonal prend la direction des choses et, en tant que chef, il se montre très mesquin et jaloux. Il nous éblouit de son astuce, et nous force à oblitérer complètement l'autre composante du couple véritable, le nagual. "

- " Le tonal doit renoncer au contrôle. Mais il faudrait le lui faire faire de bon gré. Le tonal est forcé de se débarrasser de choses inutiles, telles que la suffisance et le laisser-aller, qui ne font que le plonger dans l'ennui. Le problème c'est que le tonal s'accroche à ces choses-là, alors qu'il devrait se réjouir de se débarrasser de ces conneries. Il s'agit donc de convaincre le tonal d'être libre et fluide. "

- " Le tonal doit être protégé à tout prix. Il faut lui arracher la suprématie, mais il doit rester en tant que surveillant protégé. "

-" Le tonal de chacun de nous n'est qu'un reflet de cet inconnu indescriptible rempli d'ordre; le nagual de chacun de nous n'est que le reflet de ce vide indescriptible, qui contient tout. "

-" Le nagual est séduisant, au-delà de toute expression, et les guerriers qui voyagent en lui trouvent que le retour au tonal, au monde de l'ordre, du bruit et de la souffrance, n'est pas bien attrayant. "

-" Les deux côtés d'un être humain sont entièrement séparés et il faut beaucoup de discipline et de résolution pour briser ce sceau et passer d'un côté à l'autre. "

- " Un homme va au savoir comme il part pour la guerre, bien réveillé, avec de la peur, du respect, et une assurance absolue. "

-" Notre lot d'homme est d'apprendre, et quelqu'un va à la connaissance comme il va à la guerre. On va à la connaissance ou à la guerre avec peur, avec respect, pleinement lucide du fait qu'on va à la guerre, et avec une sérénité absolue. "

- " La guerre, pour un guerrier, ne se traduit pas par des actes individuels ou collectifs stupides ou par une violence gratuite. La guerre, pour un guerrier, est la lutte totale contre le moi individuel qui a privé l'homme de son pouvoir. "
(Ce qu'on peut appeler le Jihad ou guerre sainte en Islam,contrairement à l'idée répandue dans la masse et chez un nombre conséquent de bigots formalistes qui accordent + de crédit à la lettre qu'à l'esprit n'est-ce-pas?)

-" La vie d'un homme de savoir est une lutte perpétuelle. L'idée que c'est un guerrier menant la vie du guerrier permet d'atteindre la stabilité des émotions. "

-" La première étape de l'être est celle où son lien avec l'intention est rouillé, indigne de confiance. La seconde étape est celle où il parvient à le nettoyer. La troisième étape est celle où il apprend à le manipuler. Et la quatrième étape est celle où il apprend à accepter les desseins de l'abstrait. "

-" Rien ne peut mieux tremper l'âme d'un guerrier que le défi qui consiste à traiter avec des gens impossibles qui se trouvent en position de pouvoir. Seules de telles conditions peuvent faire acquérir aux guerriers la modération et la sérénité nécessaires pour supporter le poids de l'inconnaissable. "

- " Le guerrier ne baisse la tête devant personne, mais en même temps il ne permet pas que les autres baissent la tête devant lui. "

- " La force intérieure, cela signifie un sens de l'équanimité, d'indifférence presque, un sentiment de bien-être, mais par-dessus tout, cela signifie un penchant naturel et profond pour l'étude, pour la compréhension."

- " Un guerrier s'assure toujours que tout est parfaitement en ordre, non pas parce qu'il va survivre à l'entreprise dans laquelle il s'engage, mais parce que cela fait partie de sa conduite impeccable. "

-" Un guerrier ne peut pas être désemparé. Dans aucune circonstance, il ne peut être ni étonné, ni effrayé. Un guerrier ne peut consacrer son temps qu'à être impeccable; tout le reste épuise son pouvoir, alors que l'impeccabilité le nourrit. "

- " L'endurance consiste à attendre patiemment – sans précipitation, sans anxiété – c'est une simple, joyeuse façon de différer ce qui doit arriver. "

- " Un guerrier n'a rien d'autre que sa volonté et sa patience et avec elles il construit tout ce qu'il veut. "

- " Les guerriers ne gagnent pas leurs victoires en se cognant la tête contre les murs, mais en les franchissant. Les guerriers sautent par-dessus les murs, mais il ne les démolissent pas. "

- " L'esprit d'un guerrier n'est pas poussé à l'indulgence et à la complainte, pas plus qu'il n'est dirigé vers vaincre ou perdre. L'esprit du guerrier est destiné uniquement au combat, et chaque combat est pour le guerrier sa dernière bataille terrestre. Par conséquent pour lui, l'issue n'a pas d'importance. Au cours de cette dernière bataille sur terre, le guerrier laisse son esprit s'en aller, libre et pur. Et pendant qu'il poursuit sa bataille, parce qu'il sait que sa volonté est impeccable, un guerrier rit et rit sans cesse. "

-" Un guerrier sait qu'il attend et il sait pourquoi il attend. Pendant qu'il attend, il ne désire rien. Ainsi reçoit-il la plus petite des choses, elle est plus qu'il n'en peut prendre. S'il a besoin de manger, il découvre un moyen parce qu'il n'a pas faim. Si quelque chose le blesse, il trouve un moyen de l'arrêter, car il ne souffre pas. Avoir faim ou souffrir signifie que l'homme s'est laissé aller et qu'il n'est plus un guerrier. Les forces de sa faim et de sa souffrance le détruiront. "

- " Pour un guerrier, tout commence et finit avec lui-même. Mais son contact avec l'abstrait le pousse à surmonter le sentiment de sa propre importance. Alors le moi devient abstrait et impersonnel. "

-" Un guerrier est un chasseur. Il calcule tout. Ça, c'est le contrôle. Mais une fois tout calculé, il agit. Il se laisse aller. Ça, c'est l'abandon. Un guerrier n'est pas une feuille à la merci du vent. Personne ne peut le pousser. Personne ne peut rien lui faire accomplir contre lui-même ou contre son jugement réfléchi. Un guerrier est accordé à sa survie, et il survit au mieux de toutes les manières possibles. "

- " Une des actions du guerrier consiste à ne jamais se laisser impressionner par quoi que ce soit. C'est ainsi qu'un guerrier, même s'il voit le démon en personne, ne laissera rien transparaître devant quiconque. Le guerrier doit avoir une maîtrise de soi impeccable. "

- " Un guerrier agit comme s'il contrôlait la situation, même s'il tremble dans ses souliers. D'agir ainsi fait disparaître l'obsession. "

-" Un guerrier est un chasseur irréprochable qui chasse le pouvoir; il n'est ni saoul ni cinglé, et il n'a ni le temps ni l'envie de bluffer, de se mentir à lui-même ou d'agir à contresens. L'enjeu est trop risqué pour qu'il se le permette. L'enjeu est sa vie soigneusement élaguée, une vie qui réclama si longtemps pour être réduite au strict nécessaire et à la perfection. "

-" Cette terre, ce monde. Il n'y a pas d'amour plus grand pour un guerrier. Un guerrier est toujours heureux parce que son amour est inaltérable et que sa bien-aimée, la terre, l'embrasse et lui octroie des cadeaux inestimables. La tristesse n'appartient qu'à ceux qui détestent ce qui les abrite. "

- " La vie d'un guerrier ne peut pas être froide, solitaire et dénuée de sentiments parce qu'elle est fondée sur l'affection, la dévotion, le dévouement pour ceux qu'il aime. "

- " On doit apprendre à ne pas accorder d'importance, et non pas à ne pas aimer. "

-" Ce n'est qu'en guerrier que l'on peut supporter la voie de la connaissance. Un guerrier ne peut ni se plaindre ni regretter quoi que ce soit. Sa vie est un défi perpétuel et les défis ne peuvent pas être vraiment bons ou mauvais. Les défis sont simplement des défis. "

- " La confiance en soi d'un guerrier n'est pas celle de l'homme moyen. L'homme moyen cherche la certitude dans les yeux d'un spectateur et nomme cela confiance en soi. Le guerrier cherche à être impeccable à ses propres yeux et appelle cela humilité. L'homme moyen est suspendu à son semblable, tandis que le guerrier n'est suspendu qu'à lui-même. "

- " Je ne connais que l'humilité du guerrier, et cette humilité m'empêchera toujours de dominer qui que ce soit par mon savoir. "

- " Un guerrier se tient constamment en garde contre la grossièreté du comportement humain. Un guerrier est magique et implacable, c'est un non-conformiste aux goûts et aux manières extrêmement raffinés, dont la tâche mondaine consiste à aiguiser, mais aussi à camoufler ses piquants afin que nul ne puisse soupçonner son implacabilité. "

- " Un guerrier n'abandonne jamais l'île du tonal. Il l'utilise. "

- " Seule l'idée de la mort détache suffisamment l'homme au point de le rendre incapable de s'abandonner à quoi que ce soit. Seule l'idée de la mort détache suffisamment l'homme au point qu'il ne peut plus considérer qu'il se prive de quelque chose. Un homme de cette sorte ne désire, malgré tout, absolument rien, car il a acquis un appétit silencieux pour la vie et toutes les choses de la vie. Un homme détaché, homme qui sait qu'il n'a pas la possibilité d'éviter sa mort, n'a qu'une seule chose sur laquelle il puisse s'appuyer : le pouvoir de ses décisions. Il doit être, pour ainsi dire, le maître de ses choix. Il doit clairement comprendre que son choix dépend de lui seul et qu'une fois fait il n'y a plus de temps pour des regrets ou des lamentations. Et alors, conscient de sa mort, grâce à son détachement, et avec le pouvoir de ses décisions, un guerrier fixe sa vie stratégiquement. La connaissance de sa mort le guide, le rend détaché et silencieusement robuste. Le pouvoir de ses décisions le rend capable de choisir sans regrets, et du point de vue stratégique son choix est toujours le meilleur. Ainsi il accomplit tout ce qu'il doit faire avec plaisir et avec une compétence sûre. "

-" Lorsque tu t'impatientes, tourne-toi simplement vers ta gauche et demandes un conseil à la mort. Tout ce qui n'est que mesquineries s'oublie à l'instant où la mort s'avance vers toi, ou quand tu l'aperçois d'un coup d'œil, ou seulement quand tu as l'impression que ce compagnon est là, t'observant sans cesse. La mort est le seul conseiller valable que nous ayons. "

- " Concentre-toi sur ce qui te lie à ta mort, sans le moindre remords, sans la moindre tristesse, sans le moindre souci. Concentre-toi sur le fait que tu n'as pas le temps, et laisse tes actes se dérouler en conséquence. Laisse chacun de tes actes devenir ta dernière bataille sur terre. Ce n'est qu'à de telles conditions que tes actes auront leur plein pouvoir. Sinon, aussi longtemps que tu vivras, ils demeureront les actes d'un timide. "

-" La prise de conscience de notre mort est la seule chose capable de nous donner la force de résister à la contrainte et à la souffrance de nos vies et à nos craintes en face de l'inconnu. "

-" La mort est notre seul défi. Nous sommes nés pour relever ce défi, que nous soyons des hommes ordinaires ou des sorciers. Les sorciers le savent; les hommes ordinaires non. La vie est le processus à travers lequel la mort nous défie. La mort est la force active. La vie est l'arène. Et dans cette arène il n'y a que deux rivaux, quel que soit le moment : soi et la mort. "

-" Un guerrier cherche à agir plutôt qu'à parler et, dans ce dessein, il se procure une nouvelle description du monde, une nouvelle description où la parole n'est plus aussi importante et où les actes nouveaux ont des reflets nouveaux. "

- " Le défi est de prendre dans ce monde seulement ce dont nous avons besoin, pas une miette de plus. Savoir ce dont il a besoin est la virtuosité du guerrier, mais ne prendre que ce dont il a besoin est son suprême accomplissement. "

-" Dès notre naissance, les gens nous racontent que le monde est comme ceci et comme cela, et il est évident que nous n'avons pas d'autre choix que de voir le monde comme les gens nous ont dit qu'il était. "

- Nous sommes dans une bulle. C'est une bulle à l'intérieur de laquelle on nous met dès la naissance. Au début, la bulle est ouverte, puis elle commence à se fermer, jusqu'à ce que nous soyons scellés en elle. Cette bulle, c'est notre perception. Nous vivons à l'intérieur de la bulle pendant toute notre vie. Et tout ce dont nous sommes témoins sur ses parois rondes correspond à notre propre reflet. La chose réfléchie est notre représentation du monde. Cette représentation est une description qu'on nous a faite dès notre naissance. C'est ainsi que toute notre attention a été captée par elle, et nous sommes devenus description; la description, à son tour, est devenue représentation. "

- La première tâche d'un maître est d'introduire l'idée que le monde que nous croyons voir n'est qu'une image, une description du monde. Chaque effort du maître est destiné à prouver cela à son apprenti. Mais faire qu'il l'accepte est une des choses les plus difficiles; chacun de nous est pris, avec satisfaction, dans sa propre représentation du monde; celle-ci nous pousse à sentir et à agir, comme si nous connaissions vraiment quelque chose au monde. Un maître, dès le premier acte qu'il exécute, vise à mettre fin à cette représentation. "

-" Il (don Juan) expliqua que le fait d'être vaincu était une condition inévitable dans une vie. Les hommes étaient soit victorieux, soit vaincus, et selon le cas ils devenaient bourreaux ou victimes. Ces deux conditions prévalaient tant qu'on ne ‘ voyait ’ pas. ‘ Voir ’ chassait l'illusion de la victoire, de la défaite, de la souffrance. "

- " L'homme moderne a quitté le royaume de l'inconnu et du mystérieux et s'est installé dans le royaume du fonctionnel. Il a tourné le dos à l'univers du pressentiment et de l'exultation et s'est réjoui d'accueillir l'univers de l'ennui. "

- " La mort n'est pénible que lorsqu'elle survient quand on est au lit, malade. Quand tu te bats pour ta vie, tu n'éprouves pas de souffrance. Si tu éprouves quelque chose, c'est de la jubilation. "

- " Depuis le jour de notre naissance nous utilisons nos yeux pour juger le monde. Nous parlons, aux autres et à nous-mêmes, en termes de ce que nous avons vu. Un guerrier est conscient de cela, et il écoute le monde. Il écoute les sons du monde. Un guerrier est conscient que le monde changera dès qu'il cessera de parler, et il doit être préparé pour cette monumentale secousse. Le monde est comme ci ou comme ça parce que nous disons qu'il est ainsi. Si nous cessons de nous dire que le monde est comme ça, le monde cessera d'être comme ça.Ce que nous faisons en tant qu'homme nous procure le confort et nous donne un sentiment de sécurité. Ce que les gens font est sans doute important, mais seulement pour servir de bouclier. Et jamais nous n'apprenons que les choses que nous faisons en tant qu'hommes sont seulement des boucliers, ce qui fait que nous laissons ces choses dominer et écraser notre vie. Le monde est incompréhensible. Nous ne le comprendrons jamais. Nous ne dévoilerons jamais ses secrets. Nous devons le traiter tel qu'il est, un mystère absolu. En aucun cas les choses que les gens font ne peuvent être plus importantes que le monde. Par conséquent, un guerrier traite le monde comme un mystère infini, et ce que les gens font comme une folie sans bornes. "

-" La raison d'exister de tous les êtres sensibles est de mettre en valeur la conscience.Les êtres sensibles ne vivent que pour enrichir la conscience. "

- " Un chasseur utilise son monde avec frugalité et avec tendresse. Il est inaccessible parce qu'il ne déforme pas son monde en le pressant. Il le capte un tout petit peu, y reste aussi longtemps qu'il en a besoin, et alors s'en va rapidement en laissant à peine la trace de son passage. "

- " Notre condition d'homme implique qu'il faut que nous apprenions, pour le meilleur ou pour le pire. J'ai appris à voir, et je te déclare que rien n'est réellement important.Un homme de connaissance vit en agissant, et non en pensant à agir, et encore moins en pensant à ce qu'il pensera lorsqu'il aura fini d'agir. Un homme de connaissance choisit un chemin-qui-a-du-coeur et le suit. Alors il regarde, se réjouit, et rit. Puis il voit et sait. Il sait que sa vie se terminera bien trop tôt. Il sait, parce qu'il voit, que rien n'est plus important qu'autre chose. Autrement dit, l'homme de connaissance n'a ni honneur, ni dignité, ni famille, ni nom, ni patrie, mais seulement une vie à vivre, et dans de telles circonstances son seul lien avec ses semblables est sa folie contrôlée. Par conséquent un homme de connaissance entreprend, sue, s'essouffle, et, aux yeux de tous il ressemble à n'importe quel homme. Mais il s'en différencie parce qu'il contrôle la folie de sa vie. Rien n'étant plus important que n'importe quoi d'autre, un homme de connaissance choisit n'importe quelle action, et la réalise comme si elle lui importait. Sa folie contrôlée lui fait dire qu'il attache de l'importance à ce qu'il fait, le fait agir comme si chaque action en avait vraiment, et cependant il sait qu'elle n'en a pas. Ainsi lorsqu'il a accompli ses actions, il se retire en paix. Que ses actions aient été bonnes ou mauvaises, réussies ou non, ne le concerne en aucune façon.


Bon je vais quand même m'arrêter à un moment...
C'était pour vous faire partager ma passion de Castaneda.



...............................................................................................
Effleure le monde...
Revenir en haut Aller en bas
Pépère
Sahasrara
Sahasrara
avatar

Masculin Age : 49
Date d'inscription : 09/01/2011
Messages : 856
Localisation : Pays Basque
Humeur : bleue d'opale
Zodiaque : Balance Signe Chinois : Coq

MessageSujet: Re: La voie du guerrier   Dim 5 Aoû - 8:09

Merci Mescalito, c'est lumineux. mici
Revenir en haut Aller en bas
MyRâa
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Age : 50
Date d'inscription : 11/09/2009
Messages : 10863
Localisation : A l'ouest
Humeur : Tonglen
Zodiaque : Balance Signe Chinois : Singe
Emploi/loisirs : Maitre reiki

MessageSujet: Re: La voie du guerrier   Dim 5 Aoû - 8:38

Oui merci Mescal
J'y reviendrais en plusieurs fois. J'ai reconnu au premier coup d'oeil (rien que le titre) les préceptes des ("VRAIS") moudjahidines et te remercie d'avoir apporté La nuance mici
J'y reconnais aussi mon cher tantrisme et la pensée d'Osho

Bref une belle synthèse d' individualisation que tu nous présentes là.

...............................................................................................
syndrome Asperger= communication qui peut être différente
Revenir en haut Aller en bas
http://astraliens.forumactif.org
Mescalito
Muladhara
Muladhara
avatar

Masculin Age : 40
Date d'inscription : 31/07/2012
Messages : 238
Zodiaque : Vierge Signe Chinois : Cheval

MessageSujet: Re: La voie du guerrier   Lun 15 Oct - 11:09

-"Pour toi le monde est étrange,parce que s'il ne t'ennuie pas,tu es en désaccord avec lui.
Pour moi le monde est étrange parce que prodigieux,effrayant,incommensurable."

-L'homme ordinaire fonctionne uniquement avec la raison.Il a appris,dés sa naissance,une description du monde qu'il tient pour définitive.
La "raison",l'idée collective,sont ses seules références.
-Aussi cet homme anodin,l'homme "ordinaire",tout le monde,est dépeint comme un redoutable démon:il est le garde abusif et vigilant qui,inconsciemment,empêche toute évasion,tout choix,vers le pouvoir et la liberté...

-Ne plus vivre comme un homme ordinaire,ne plus être un sorcier noir,ne plus être un vampire pour soi et ses semblables,c'est se comporter en guerrier.

-On peut déjà dire que le guerrier privilégie le "sentiment" aux dépens de l'idée reçue.La raison est en effet la société en nous.

-Le tempérament du guerrier tranche la merde,peut importe ce que tu vois.L'important est ce que tu sens...

-Ce sont en effet nos routines qui nous rendent définissables,repérables,donc exploitables.
Une fois enchaînés par les opinions des autres,par le rôle qu'ils veulent nous faire jouer,constituant ainsi notre "personnalité" qui n'est que la revendication servile et vaniteuse de notre matricule dans ce bagne...Nous n'avons d'autre latitude que de répondre à leur attente.

-Il est des animaux sans routine,c'est ce qui les rend magiques,le guerrier comme l'animal devient magique,c'est à dire doué de pouvoir et d'imprévisibilité,lorsqu'il n'a plus de routines,quand il efface son histoire personnelle.Et ainsi,le guerrier,l'animal magique,ne peuvent plus être la proie de qui que ce soit.
Un chasseur qui sait cela n'a plus qu'une idée en tête: Ne plus être un proie.

-Notre "personnalité sociale" n'est qu'une "histoire personnelle".Elle nous rend vérifiables pour nos programmateurs et ainsi encore programmables.
Et le meilleur moyen d'effacer cette histoire est de ne plus la raconter aux autres.Elle se renouvelle en effet à chaque explication que l'on donne...
Celui qui a effacé son histoire personnelle n'a plus rien à voir avec la société;il ne fonctionne plus comme l'un de ses rouages;étant seul il est tout.
A celui qui est ainsi "hors du chemin fréquenté",on ne peut plus rien demander:il ne peut par conséquent plus décevoir personne.Et il ne peut non plus être déçu,puisqu'il n'attend plus rien de quiconque.Le monde est pour lui neuf à chaque instant,alors que celui qui explique tout à tout le monde ne peut garder la fraîcheur de ses actions,leur imprévisibilité et leur total désintéressement.

-"Etre en situation",c'est en fait pointer à la grande usine qui ne nous emploie que parce que nous le voulons bien.
C'est perdre irrémédiablement l'ultime liberté de demeurer inconnu...

-La vérité qui est DUE à ceux à qui nous nous soumettons n'a plus de sens hors de cette soumission

-Les hiérarchies,fondées toujours à partir d'une appréciation flatteuse de soi(et l'"humilité" du "pécheur" est la plus odieuse manifestation de cette lâcheté et de cette vanité,puisque le pécheur qui est le plus bas est ainsi le plus haut)ne peuvent exister pour celui qui traque ses faiblesses et qui est traqué par sa mort.
Ainsi la perte de sa propre importance aide à effacer son histoire personnelle;pour nourrir celle-ci il faut se sentir important.
S'apitoyer sur son sort,c'est à dire s'abstenir d'agir librement,c'est être important.
Un être qui ne se considère plus comme important ne peut se laisser aller à la vanité,ni à la pitié pour lui-même.

"Castaneda la voie du guerrier,Bernard Dubant-Michel Marguerite"


...............................................................................................
Effleure le monde...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La voie du guerrier   

Revenir en haut Aller en bas
 
La voie du guerrier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shambhala, la voie du guerrier
» Le film : Le Guerrier Pacifique de Dan Millman
» crpe 2010 3eme voie....?
» Les abeilles en voie de disparition?
» Vidéo documentaire "La voie lactée"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astraliens :: Réflexion :: Philosophie-
Sauter vers: